Next Event in:
+ +
41 days
8 hours
19 minutes
43 seconds

Fabrice Bihan

violoncelle

 

Fabrice Bihan est avant tout passionné par l’expression des différents styles musicaux. Il partage son temps entre son activité de concertiste soliste, chambriste, la musique ancienne, Orfeo 55 dont il est le violoncelle solo (direction artistique Nathalie Stutzmann) et des recherches de formes artistiques contemporaines. Lauréat des fondations Déclics (« Nouveaux interprètes » radio France/AFAA), de la fondation Hewlett Packard « Musiciens de demain », soutenu à présent par la fondation Polignac à Paris, Fabrice Bihan mène une carrière internationale.

Il s’associe régulièrement avec de prestigieux musiciens. Depuis peu, il aime collaborer avec le pianiste belge Jean-Philippe Collard-Neven. Avec Ayako Tanaka (violon) et Arnaud Thorette (alto), il forme le trio Arte. En 2006, il fonde l’ensemble Ricercare fonctionnant comme une compagnie sous forme de résidences. Fabrice Bihan conçoit et dirige un spectacle intitulé « La nuit transfigurée » (création en Mai 2008). Avec l’accordéoniste Philippe Bourlois, il se produit en duo alliant musique contemporaine, musique populaire et improvisation. Ils jouent notamment les Sept Dernières Paroles de S. Gubaidulina pour accordéon, violoncelle et orchestre.

Il collabore régulièrement avec des compositeurs tels que Marc Mellits, Alexandros Markeas, T. Adès, G. Kurtag, F. Krawczyck, P. Hersant, J. Rohrer, A. Cassar, H. Dutilleux, E. Daubresse, G. Grisey, V. Paulet, O. Pennard, R. Dubugnon, V. Wimart, J. Harvey…

Cherchant toujours à enrichir son rapport à l’art et aimant confronter sa réflexion artistique avec des artistes d’autres disciplines il suscite différentes aventures. Avec la danseuse Emmanuelle Huynh, il crée Mua représenté plus d’une centaine de fois dans le monde entier. Avec Serge Bulot, multi-instrumentiste, il crée en 2007 « Le musicien et son double » faisant rencontrer le violoncelle et les différentes musiques du monde. Il s’associe également avec le magicien Abdul Alafrez pour un spectacle intitulé « Duodescordes » ou encore avec le vidéaste François Pain. (création en mai 2011 d’une vidéo sur « Cello conterpoint » de Steve Reich).

Passionné par la transmission de la musique auprès d’un public le plus large possible, il crée en 2006 « Musique en Roue Libre » : chaque été, dix jours d’effervescence musicale en Pas-de-Calais où sont invités en milieu rural de prestigieux musiciens et un compositeur contemporain.

Après avoir terminé ses études au conservatoire d’Arras dans la classe de Pierre Champagne puis au CNR d’Aubervilliers auprès de Florian Lauridon, il entre premier nommé au CNSMD de Lyon dans la classe de Jean Deplace où il obtiendra son diplôme avec les félicitations du jury. Il obtient également au CNSMD de Lyon un diplôme en sonate avec piano avant de se perfectionner auprès de Xavier Gagnepain à Boulogne-Billancourt, Stephan Fork à Berlin et de recevoir les conseils de Yo-yo Ma, Jérôme Pernoo, Luis Claret et Anner Bylsma.

Très jeune, Fabrice Bihan est remarqué comme un artiste complet qui ne cesse d’évoluer dans sa démarche. « Son ample sonorité, son sentiment et sa réflexion nous montrent un artiste de grande race » (La lettre du musicien, 2002).

En matière de discographie, nous pouvons déjà trouver: trio de Beethoven et quatuor de Mozart (Jeunes interprètes Radio France), « Musique à 1, 2 ou 3 » autour de Philippe Hersant, « D’un monde à l’autre » par quatuor Itinérance , « Around west side » par le Reynaert Quartet (jazz). En juin 2010 sort « Filiation », un disque en violoncelle seul sous le label Catum. Suivrons en février 2010 un disque en duo avec Philippe Bourlois «Entre savant et populaire», en mai 2011 « New-York cello » (pièces new-yorkaises inédites pour violoncelle seul), un disque autour du compositeur Henri Dutilleux en septembre 2010 (« Trois strophes » et « Ainsi la nuit »).

Il joue sur un violoncelle de Nicolas Lupot de 1817.

www.fabricebihan.com

Académie Festival des Arcs / création Harvest